BIARRITZ - BAYONNE  (*)
Parachutages de la St Michel
du Mercredi 28 au Vendredi 30 Septembre 2016

 




C'est au cours du conflit Indochinois que les aumôniers des troupes aéroportées (TAP), ont choisi l'Archange Saint Michel comme Saint Patron des parachutistes (1).
Pour fêter leur Saint Patron, plusieurs unités parachutistes dont l'ETAP, l'École des Troupes Aéroportées, avaient demandé le 105 pour réaliser à cette occasion annuelle des sauts à partir du Noratlas de Provence.
Le 1er RPIMa de BAYONNE s'étant manifesté avant tous les autres, il avait remporté la palme !
C'est donc encore une fois très, très tôt ce matin du mercredi 28 Septembre, le soleil n'étant pas encore levé, que notre 105, s'arrachait de la 31L de LFML à destination de l’aéroport de BIARRITZ Pays Basque que nous atteignîmes à 09 H 45 locale.

Forts de l'expérience acquise lors de la mission faite sur 3 jours en Juillet à l'occasion de la passation de commandement du Régiment, le déchargement du lot de soute et la mise en configuration parachutage de l'avion ne prirent que quelques minutes justes nécessaires pour le briefing sous les ailes du Directeur de séance avec Germain le CDB (2) et le Chef Largueur.

La trousse EL3


Après 2 répétitions de la procédure "para accroché" par les largueurs, les 22 premiers parachutistes embarquaient pour leur saut de la Saint Michel sur la ZS d'HANDIA dans le pays basque, superbe sous un soleil au rendez-vous de cette fête.
S'enchaînèrent 2 autres décollages pour 20 et 21 parachutistes en OA puis 2 autres pour les 45 chuteurs présents.
Au cours du point fixe de régulation après l’atterrissage, la pression d’huile de la boîte relais du GMP1 se mis à suivre le régime, ce qui nécessitait une intervention avant de pouvoir reprendre les vols de l’Après-midi. Aussitôt dit aussitôt fait, l’échelle de plan en place, la bille du clapet régulateur fût déposée, nettoyée et remontée en un temps record ce qui ne pénalisera en rien la reprise des parachutages….le Point fixe de contrôle s’avéra concluant….R.A.S.

Le temps pour l'équipage de prendre un rapide déjeuner casse-croûte, les parachutistes de retour de la ZS  étaient de nouveau équipés prêts pour "doubler" (3).
Les 5 rotations identiques à celles de la matinée furent réalisées avec efficacité et précision et à 19H00 les moteurs de la Grise purent se reposer, la mission accomplie par 10 rotations.
Le Jeudi 29 Septembre, si le soleil était de la fête en ce jour de Saint Michel, le vent hélas s'était aussi invité avec des rafales à 14 mètres par seconde (4), empêchant l'activité prévue.
Le 105 devait en 2 rotations larguer les chuteurs à la fois sur la place d'armes de la citadelle pour l'équipe de précision d'atterrissage et les autres sur le stade du régiment.
Les sauts rendus impossibles furent remplacés par un passage basse-hauteur au-dessus de la citadelle concordant avec le début de la cérémonie.

 

L'équipage fut invité au traditionnel repas de la Saint Michel regroupant la totalité des personnels du régiment présents, les Anciens et les personnalités civiles et militaires.
Au cours du repas un échange de cadeaux eut lieu entre le Colonel chef de Corps et notre président qui offrit un tableau caractérisant le "Noratlas de Provence".

Le lendemain, un seul décollage était programmé pour les 26 chuteurs spécialistes qui eurent la joie de faire une "tranche arrière" (5). Le 105 ayant déposé ses coquilles pour permettre aux parachutistes de sauter, non pas par les 2 portes latérales, mais par l'arrière de l'avion.

Le lot de soute embarqué et arrimé, et après s'être donné rendez-vous en 2017, nous rentrions sur Marignane en milieu d'après –midi, en effectuant un posé à Pau, afin de récupérer des pièces avions que Claude avait achetées.

Nous étions tous heureux d'avoir, pu participer à cette mission où les parachutistes de ce glorieux Régiment nous avaient fait l'honneur de nous inviter pour partager leur fête.

 



(1) En 1942, le capitaine "Jean-Marie Bayard", jeune prêtre, chef de la Résistance du front de Quimper, distribue des médailles à l’effigie de Saint-Michel pour servir de reconnaissance à certains agents français infiltrés au travers des lignes ennemies. « Capitaine Jean-Marie Bayard » est le nom de guerre du résistant Marcel JEGO, qui deviendra le Père JEGO, un célèbre aumônier para qui, un soir de septembre 1947 en Indochine, à Hanoï, au cours d’un repas rassemblant les pères JEGO, MULSON et CASTA tous trois aumôniers d’unités TAP, firent le choix d’un Saint Patron pour les Parachutistes et adoptèrent avec d'autres aumôniers l'Archange Saint Michel comme Saint Patron des Parachutistes !
(2) CDB : Commandant de Bord.
(3) DOUBLER : Terme du jargon para qui signifie faire rapidement un 2ème saut aussitôt après le 1er.
(4) Limites de vent pour les parachutages : en SOA 6 à 8 m/s en fonction du type de saut, exercice ou opérationnel, en SOCR 8 à 10 m/s suivant les caractéristiques de la ZS ou le niveau technique des parachutistes.

 (*) Les deux cités basques sont liées dans cet article, car le Noratlas est accueilli sur l'aéroport de BIARRITZ, tandis que notre commanditaire, le 1er RPIMa, est basé à BAYONNE qui ne possède pas d'installations aéronautiques.


© Copyright Le Noratlas de Provence - Tous droits réservés - Création site internet L'Isle sur la Sorgue