Le Nord 2501 " Noratlas " N° 105 est le dernier Noratlas volant au monde ! Classé Monument Historique

Dernières Actus

Association "Le Noratlas de Provence"  c/o Airbus Helicopters  - 13725 MARIGNANE  cedex 

Tel. 06 15 44 83 40  - Mail : noratlas105@gmail.com

 Notre programme de vols 2020 est consultable ici

 

    

UN NOUVEL ARTICLE EN BOUTIQUE : LE CARNET DE NOTES NORATLAS (10€)

    

 

NOUS RECHERCHONS :

 

- Chambres à air :

Nous recherchons des chambres à air pour notre roue de Train Auxilliaire (Avant) réf. DUNLOP AERO n° 14 - 950x335 (modèle identique aux roues de TP de Dassault 311 et 312 "Flamant").
Si vous pouvez nous aider (ou relayer ce message), merci de nous contacter par mail : noratlas105@gmail.com ou Téléphone au 06 15 44 83 40 ou encore rubrique : " Contactez nous" en haut de la page d'accueil.

 

--o-O-o---

 Toujours sur notre boutique : "En équipage sur Noratlas" de JC. NOGUELLOU :

Réédité par notre Association (22€), non disponible en librairie 

 

 

La "Bible" : LE NORATLAS par Xavier CAPY et Gilbert MILLAS

réédité et enrichi par les Editions LELA Presse : 

(Malheureusement en rupture de stock actuellement)

 

 Rappel : Nous recherchons :  ampoule phare de roulage - toiles sièges parachutistes

--------------------------------------------------------
 
 !!  Visitez la  galerie de photos souvenir

Tout ce que vous voulez savoir sur le moteur Hercules

(le choix du moteur et sa description - LE BULLETIN SNECMA DE  MARS 1954...)

 

 

 

 

 

 

La mission à venir dure deux jours et va nous conduire à l’aéroport de Perpignan-Rivesaltes Méditerranée (LFMP) afin d’effectuer quelques sauts en OA et OR pour commémorer la Saint Michel des parachutistes de l’État-major Parisien. La première journée est consacrée à la mise en place ainsi qu’à l'avitaillement de notre avion en 100 LL programmé sur l’aéroport de BÉZIERS, tandis que la seconde journée est dédiée aux sauts ainsi qu’au retour sur la plateforme de LFML.

Toute l’équipe prend à cœur cette mission pour deux raisons. Tout d’abord, approchant du mois de novembre ainsi que de l’hiver, il est fort à parier que cette mission sera l’une des dernières de la saison et c’est la première fois que le 105 fera sauter les Paras Parisiens ! À nous de faire en sorte que tout se déroule au mieux.

Ensuite, Christian, l’un des pilotes de notre l’association depuis 2011 sur la Grise, a décidé en raison de son âge et de ses disponibilités que ce serait sa dernière mission au manche du 105. Raison de plus pour nous tous, de mener à bien la mission afin que le souvenir de ce dernier pilotage du Noratlas 105, soit l’un des meilleurs !

Cette mission va s’avérer être intense mais également forte en émotion, vous comprendrez pourquoi dans les lignes à venir !

Lundi 28 octobre :

Une fois n’est pas coutume, pas de réveil aux aurores pour l’équipage du jour. Un rendez-vous à 10h à la porte des Salins pour les mécaniciens ainsi que pour l’équipe des largueurs. Les pilotes nous rejoignent pour le déjeuner, aux alentours de 12h.

Les mécaniciens s’affairent comme à leur habitude, pour préparer l’avion. Ceci passe par un jaugeage carburant méticuleux, tour extérieur de l’avion, tour intérieur, inspection cargo, contrôle des niveaux, et j’en passe... De quoi bien occuper toute l’équipe.

En parallèle, certains des autres membres de l’équipe restent accrochés au téléphone depuis quelques minutes, on peut sentir qu’un grain de sable vient quelque peu d’entraver les rouages de l’organisation de la mission. La raison ? Le plein que nous devions effectuer à Béziers. Celui-ci devait se faire initialement à Salon de Provence, or la base est en travaux. Puis Béziers nous informe que leur pompe est hors service. Où se rendre ? Toulouse ? Malheureusement pour nous, plus de 100LL disponible sur LFBF. Après plusieurs appels tous horizons pour trouver un avitaillement, Béziers nous prévient qu’ils peuvent nous accueillir tout de même, grâce à la persévérance de leurs équipes.

Nous tenons les horaires, 13h30 fermeture des portes, mise en route, non sans mal du GMP2, dans la foulée. Roulage, point fixe et nous voilà une fois de plus, aligné sur la piste 31 gauche de Marignane. Il est pile 14h00, quelle précision ! Mise en puissance des 2 x 2068 chevaux de nos Bristol Hercules, rotation, montée 1500ft et direction la côte !

La visibilité et le plafond de ne sont pas fabuleux, mais bien au-delà des minimas. Survol de la côte bleue, golfe de Fos, la Camargue, Sainte Marie de la Mer, passage de Montpellier puis passage à l’ouest de Sète afin de se poser 40 minutes après notre décollage, à Béziers (LFMU).

 

               

 

Sur place, nous sommes attendus ! Pendant que certains font le plein, d’autres font de la communication en faisant visiter l’avion. Une heure et demie plus tard et après avoir prélevé plus de 2600 l, nous remettons en route à 16H00, reverse pour s’écarter de la pompe, roulage pour la 09 et décollage. Nous effectuons un petit passage sur l’aéroport afin de saluer et remercier toutes les personnes nous ayant accueilli, puis cap sur Perpignan en suivant la côte.

Après 30 minutes de vol à 500 ft sol afin de contempler le trait de côte, la grise se pose à Perpignan sur les 2500 m de la piste 33. Certains curieux sont déjà présents le long des grilles de l’aéroport.

L’équipe de l’aéroport ainsi que les largueurs parachutistes du lendemain, nous attendent à notre place de parking.

Puis, les habitudes reprennent, coupure moteurs, déchargement, remise en configuration du cargo pour parachutage. La journée du lendemain étant plutôt chargée, l’équipe para de l’association effectue le briefing aux largueurs aujourd’hui, afin de gagner du temps pour le lendemain.

Une fois toutes ces actions effectuées, nous profitons d’un petit répit pour fêter le dernier vol de notre pilote, ainsi que notre venue sur Perpignan, avec les largueurs autour d’un verre de l’amitié, agrémenté de la traditionnelle remise de présents à Christian et du Titre de Membre d’Honneur à notre Chef Largueur de Perpignan Jean-Bernard..

 

               

 

A 18H30, nous prenons direction Rivesaltes afin de rejoindre notre lieu de repos pour la nuit : « L’hôtel des Vignes ». Puis, après une bonne douche méritée par tout l’équipage, nous nous rendons au restaurant « Léon de Bruxelles » pour le dîner. Après restauration et établissement des horaires pour le lendemain, nous rentrons pour nous reposer, vers 23h.

Mardi 29 octobre :

Ayant échappé aux aurores la veille, ce ne sera pas le cas pour aujourd’hui. La journée sera chargée, réveil aux alentours de 06H30 pour l’équipage afin de prendre le petit déjeuner à l’hôtel, et de prendre la route à 07H30 direction l’aéroport.

 

 

 

A 8h00, nous prenons possession de l’avion. Les rituels sont présents, chacun sait ce qu’il a à faire. Les pilotes préparent le vol du jour, vérifient la météo, la piste en service et toutes informations nécessaires aux parachutages à venir. Les largueurs de l’association briefent les parachutistes déjà présents sur zone. Les mécaniciens préparent l’avion en vérifiant que rien ne soit arrivé pendant la nuit.

A 08H40, tout le monde est présent à l’arrière de l’avion pour célébrer la Saint Michel. Cette cérémonie en hommage à l’Archange Saint Michel, Saint Patron des Parachutistes, est faite sous forme d’office catholique par l’aumônier des paras et légionnaires parisiens appelé traditionnellement dans les Armées le PADRE.

Mise en route, embarquement, roulage, point fixe puis décollage ! Direction la zone de saut de Saint Laurent de la Salanque.

 

 

Premier passage pour largage TID. Second passage pour un largage de 4 parachutistes. Tout le monde sur zone, nous pouvons donc poursuivre pour un dernier passage afin de larguer le restant de la soute.

La seconde rotation de la matinée suivra le schéma de la première, sans passage TID. La troisième rotation quant à elle, s’effectue à plus de 3000 m, afin de larguer des parachutistes en OR.

Les 3 rotations du matin se feront en un peu plus de 2 heures avec retour entre chaque afin de récupérer nos chuteurs du jour, sur l’aérodrome de Perpignan.

Aux alentours de midi, nous coupons nos deux moteurs afin d’aller nous restaurer. Nous nous rendons dans le très bon restaurant « Le moulin à soufre » afin de nous y restaurer. Le temps pour nous de souffler, de prendre des forces et d'anticiper le retour de l’après-midi.

 

 

Le changement d’heure ayant pris effet le week-end précédent notre mission, la nuit aéronautique a été considérablement réduite. Notre pilote du jour décide qu’il nous faudra quitter le sol de Perpignan à 16h50 au plus tard. Cet horaire laisse présager d’une après-midi à flux tendu !

A 14H00, nous quittons le restaurant pour rejoindre l’avion, où, une fois de plus, les parachutistes nous attendent, impatients de pouvoir embarquer de nouveau et quitter notre avion en vol ! Ce qui, comme à l’accoutumé, laisse certains de nos membres perplexes, pourquoi quitter en vol un avion qui fonctionne correctement ? Tel est le secret de nos échanges toujours aussi complémentaires entre membre de l’association et parachutistes.

Le format de l’après-midi sera le même que le matin, 2 OA et 1 OR. Les 3 rotations se déroulent de manière fabuleuse !

A 16h10, nous posons de nouveau et coupons les moteurs. S’en suit un branlebas de combat ! Tous les membres de l’association présents sur cette mission ainsi que quelques parachutistes, s’activent de manière efficace, pour recharger l’avion. Le mécanicien navigant désigné pour le retour, anticipe la fin du chargement afin de s’éclipser pour effectuer son tour avion avec un pilote.

 

 

A 16H30, tout est prêt ! Nous remettons en route et allons-nous aligner en piste 33.

Décollage puis suivi du trait de côte comme pour le vol aller. Nous ne manquons pas de remercier les contrôleurs avant de quitter la zone. Nous atterrirons une heure plus tard, avec le soleil couchant comme lumière pour atterrir en piste 31 gauche de Marignane.

 

               

   

Cette seconde journée de mission fut très intense, mais nous avons relevé le défi haut la main. Avec plus de 5 heures de vol, retour compris depuis le début de la matinée, l’avion, les pilotes, mécaniciens, largueurs et parachutistes ont su travailler ensemble afin de passer une agréable journée.

Enfin pour finir, l’association remercie l’ensemble des équipes de Béziers-Vias et Perpignan pour leur accueil, leur gentillesse à notre égard et de nous avoir facilité cette mission.

Un grand merci également aux parachutistes qui font confiance à notre association.

Pour terminer, un grand merci à Christian, notre pilote réalisant son dernier vol, que toute l’association remercie grandement pour avoir su, pendant toutes ces années, mettre en avant le Noratlas n°105 partout où ses ailes pouvaient l’emmener. Un grand merci !

 

 

70 ans , ça se fête !

Aérodrome LA FARE les OLIVIERS :  para OR (70 ans de l'aéroclub Louis Bonte)


Dimanche 13 octobre 2019 

       

 

La mission de ce jour ne nous conduira pas bien loin de notre « repaire » puisqu’elle se déroulera à la verticale de l’aérodrome de la Fare-Les Oliviers (LFNR), à 3 mn de vol au Nord Est des pistes de Marignane. Impossible de faire plus proche !
En effet, afin de marquer avec éclat le 70e anniversaire de sa création, l’AEROCLUB LOUIS BONTE (*) a eu la bonne idée de faire appel au Noratlas de Provence et à son aptitude au largage de parachutistes.

Il est donc convenu qu’un largage de quelques parachute type ailes à structure souple (Sauts à Ouverture Commandée et Retardée) au droit des pistes de l’aérodrome donnerait tout le relief nécessaire aux festivités terrestres qui se dérouleront toute la journée au sol.
Pour une fois, les préparatifs de l’avion ne se feront pas au lever du soleil, mais à une heure beaucoup plus catholique. Pendant que Germain Luc, Eric et Vincent - les pilotes et mecnav du jour -font un tour minutieux de la Grise avant la mise en route, Daniel et Xavier vont récupérer en voiture nos 7 paras sur l’aérodrome de La Fare pour leur permettre d’embarquer à Marignane. Ce sont de vieux amis du Club parachutiste Saint Michel Archange d’Aix les Milles, qui ont fait de multiples sauts depuis le 105. Pas besoin de les « briefer » bien longtemps.

 Les conditions météo sont idéales et à 10h10, nos moteurs s’ébrouent. Une vingtaine de minutes après la 1ere mise en route sont nécessaires aux moteurs Hercules pour atteindre leur température de décollage (60°) et à Vincent pour faire le point fixe de l’avion. Le contrôle ne nous fait pas trop attendre et à 10 h 30, la Grise s’élance sur la piste 31 Gauche. Quelques minutes après le décollage, nous survolons notre objectif.
Le vent au sol est idéal, et les échanges radio entre nos pilotes et deux membres de notre Association positionnés sur le terrain facilitent grandement la prise d’axe. 

          

 

Passons le relais à Arnaud qui nous fait le récit de cette mission « vue du sol », où il était en liaison radio avec l'avion.


« En cette belle journée d’octobre, avec Daniel notre « grand chef des missions » ainsi que l’équipe des parachutistes nous nous sommes retrouvés sur le terrain de Berre la Fare vers 8h00 pour mettre en place la zone de sécurité pour les largages. Le président de l’Aéroclub Louis Bonte, Laurent Perthuis, nous offrit le café et après une reconnaissance in situ du terrain, décision fût prise d’installer l’équipement ainsi que la manche à air indispensable pour avoir les infos des éléments au sol, comme en avion. Le lieu choisi fût au Nord de la piste (en herbe) 08/26.
Après cette installation Daniel et l’équipe para se rendirent à Marignane pour rejoindre l’avion.

Vers 9h30 nous avons eu le grand plaisir d’assister aux deux passages de la Patrouille de France avec leur précision habituelle. Très beaux passages, très appréciés du public.

A 10h40 notre « grise » se présenta à la verticale du terrain pour un 1er passage de reconnaissance. Le plaisir est toujours intact quand nous l’entendons arriver avec la douce mélodie de ses deux moteurs Hercules.

Le largage s’effectuera à 1500 m ; Cette hauteur, choisie par le chef largueur pour chaque saut de démonstration, permet aux spectateurs de bien suivre l’avion et de voir les parachutistes dans la totalité des phases du saut. La sortie de l’avion, les suivre pendant toute la chute libre, l’ouverture du parachute, la descente et les évolutions voile ouverte et bien évidemment l’atterrissage toujours apprécié quand il est doux.
S’en est donc suivit 5 minutes plus tard un premier largage de 3 paras suite aux infos de force et direction du vent au sol. Une petite brise de 2.5 à 3.5 m/s venant du 090/100 étant parfaite pour ce genre de saut, mais les paras en raison de la vitesse propre de leur parachute type aile, supportent des forces de vent bien supérieures sans problèmes.

              

 Le posé de ces trois premiers éléments se déroula à la perfection avec un atterrissage sur la cible.
Un second passage toujours à 1500 m, permit aux 4 autres paras de prendre leur envol. 4 voiles ouvertes ! Annoncé à la radio par le sol à l’équipage pour confirmer que tout se passe bien.
Quelques minutes plus tard nos 4 chuteurs se posent également sur la cible. Bravo messieurs !

Le Noratlas fait alors une large boucle pour revenir nous faire un premier passage bas, façon « posé d’assaut ». Cette manœuvre était utilisée en terrain hostile pour se poser. Cela consistait à arriver jusqu’au niveau du seuil de piste à une certaine altitude et de suite plonger pour se poser en sortant toutes les « trainées », train et volets. Ainsi l’avion présentait moins de risques de tir depuis le sol.   

Remontée rapide pour un deuxième passage en « lisse » (sans les trainées) et grande vitesse puis virage vers le cap retour sur Marignane. Ces deux figures impressionnantes furent très appréciées et beaucoup applaudies par le public présent.

    

La démo en vol : passage lent - poser d'assaut - passage grande vitesse         (Merci à Véronique -du -CEV et Anthony Lacour pour ces photos)

Encore une belle démonstration de notre chère « grise » et un grand merci à tout l’équipage pour cette matinée avec une pensée particulière pour Vincent qui concluait ainsi sa formation de mécanicien navigant. »

(*) Qui était Louis Bonte ?

 

 

 

 

 

 

 

Notre bel avion, le Nord Aviation N2501 « Noratlas » F-AZVM est invité les 21 et 22 septembre à la seconde édition du meeting « Ailes et Volcans » sur l’aérodrome d’Issoire le Broc.

Pour remettre ce jeune meeting dans le contexte, il n’est autre que le successeur de Cervolix, évènement qui se déroulait sur le plateau de Gergovie, à 8 kilomètres au sud-ouest de l’aéroport de Clermont Ferrand Auvergne.

Après une annulation en 2017, l’organisation du meeting a rebondi en déplaçant le meeting 24 kilomètres plus au sud-est, sur l’aérodrome d’Issoire le Broc.

 

Vendredi 20 septembre :

 

Les mécaniciens du 105 se sont donc donnés rendez-vous en ce vendredi matin ensoleillé, afin de préparer notre magnifique aéronef dans sa meilleure forme pour la mission à venir.

Le décollage est programmé à 14h pour approximativement 90 minutes de vol. L’horaire est tenu, les roues quittent le sol de la longue piste principale de Marignane peu après l'heure prévue.

 

 

La traversée du Massif Central se déroule sans problème MTO et à 15h25, Clermont-Ferrand est en visuel. Peu après, l’équipage retrouve le sol après un vol qui permit à certains une sieste pour digérer le déjeuner.

Une fois l’avion conditionné pour la nuit en sol auvergnat, deux membres de l’équipage se rendent à l’Aéroclub d’Auvergne, ou deux voitures nous ont été laissées afin d’être libres de nos mouvements pour le week-end. Chargement des voitures effectué, direction l’hôtel... Une petite erreur de navigation nous conduit au mauvais endroit. Pas de souci, une fois l’erreur remarquée, nous prenons la route du bon hôtel en direction du centre-ville de Clermont-Ferrand.

Après s’être abreuvé (avec modération !), pris possession des chambres d’hôtels et s’être fait une petite beauté, l’équipage du week-end se rend au restaurant « The Oval », jolie brasserie située en bordure du stade Marcel-Michelin de l’ASM Clermont-Auvergne. Il est temps de se restaurer en compagnie d’autres équipages (Armée de terre avec les représentants du Tigre, mais également Armée de l’Air avec les représentants du Rafale Solo Display).

 

Samedi 21 septembre :

 

Aujourd’hui, jour de parachutage et de démonstration. Notre avion est prévu en ouverture de manifestation, soit 14H00 LT (Local Time).

L’équipage sera scindé en deux pour la journée, une première partie composée de Michel, Vincent et Thomas se rendent sur l’aérodrome d’Issoire le Broc, dès le matin, afin de participer au briefing.

Le restant de l’équipage se rend sur l’aéroport de Clermont, retrouver notre 105, afin de préparer l’avion pour son vol à venir. Daniel se rend, quant à lui, à l’aéroclub afin de rencontrer et de briefer les parachutistes.

Une fois le briefing transmis à l’équipage, et la dernière météo obtenue, nous n’embarquons malheureusement pas les parachutistes pour le largage prévu sur l’aérodrome d’Issoire, à notre plus grand désarroi. Le vent était relativement trop puissant pour les parachutages. Les sauteurs déçus viennent tout de même visiter l’avion.

Nous effectuons donc la mise en route à vide vers 13h30, pour un décollage à 13h50. Après 3 tours d’attente dans le ciel auvergnat, nous voilà en descente sur le terrain d’Issoire afin d’entamer la démonstration et d’effectuer l’ouverture de cette édition du meeting « Ailes et Volcan ».

 

          

 

Durant les démonstrations, l’équipe du Noratlas apprécie de montrer au public, l’étendue du domaine de vol de notre Grise. La démonstration du jour comporte donc un passage grande vitesse à 200 kt (approximativement 370 km/h), un passage à l’anglaise pour les spotters, un passage lent train et volets sortis avec remise de gaz et enfin pour finir, le plus apprécié en meeting, la grande pente avec remise des gaz.

Le tout commenté par Michel, et accompagné musicalement d'une playlist choisie par Thomas et Vincent.

 

              

 

 

Après 10 minutes de démo et quelques gouttes de sueur, le Noratlas reprend son cap sur Clermont Ferrand afin de s’y poser.

Plus tard dans la journée, la partie de l’équipage restée à Clermont Ferrand, se rend à son tour à Issoire afin d’assister au repas de gala le samedi soir, en compagnie de tous les équipages présents au meeting, mais également de tous les bénévoles organisateurs du meeting. Le repas fut très chaleureux et apprécié par tous. Il se déroula à la Halle aux grains d’Issoire.

 

Dimanche 22 septembre :

Le schéma du jour sera identique à celui de la veille : briefing le matin, et vol en ouverture de meeting.

Malheureusement, tout comme hier, les parachutistes apprennent, une fois arrivés au pied de l’avion, que le largage n’est pas réalisable. Après une rapide visite avion et quelques photos, ils repartent sans avoir eu la joie, pour une partie d’entre eux, de sauter pour la première fois de ce monument historique.

Le temps pour l’équipage du jour de réaliser un avitaillement de 600 litres, de mettre en œuvre l’avion, de démarrer et de décoller : il est près de 14h quand l’avion est en l’air direction Issoire.

 

 

La démonstration se déroule sans encombre. Au retour du vol, l’équipe de mécaniciens présente au sol est prête afin de recharger l’avion rapidement et de repartir en direction de Marignane avant que la pluie ne nous rattrape.

Malheureusement, toute la bonne volonté et la motivation du monde ne nous suffira pas, dès le début du chargement, des averses de pluies nous encerclent. Le mauvais temps s’installe. Le Puy de Dôme disparait peu à peu dans les nuages... L’équipage décide de ne pas tenter le diable, et de rester une nuit de plus sur place. La météo du lendemain étant annoncée beaucoup plus favorable pour un retour vers le sud.

C’est donc quelque peu mouillé que l’équipage rejoint l’hôtel. La soirée est semblable à celle du vendredi : quelques bons breuvages pour se remettre de la journée, et direction un restaurant conseillé par le réceptionniste de l’hôtel.

 

Lundi 23 septembre :

 

 

C’est aux aurores que l’équipage s’est donné rendez-vous à 6h15 au petit déjeuner pour un départ en direction de l’aéroport à 6h45.

7h, nous arrivons tous à l’avion, chacun s’affaire afin de préparer sa partie, la navigation et la météo pour les pilotes, l’avion pour les mécaniciens et son lit pour le chef largueur qui envisage de prolonger sa nuit !

Aux alentours de 8h30, les deux Bristol Hercules de notre 105 se mettent en route afin de briser le silence de ce lundi matin sur la plateforme.

 

 

L’exercice est rodé : mise en route, réchauffage des moteurs, roulage, point fixe, alignement sur la bande, ça chauffe- ça pousse – manette dans le phare, le chef largueur dort déjà !

Peu avant 9h, c'est le décollage et le survol des reliefs du Massif Central. Le vol est magnifique, au-dessous de nous quelques stratus sont restés coincés en fond de vallée.

 

 

Après une heure quinze de vol, l’avion retrouve une piste qu’il a longtemps côtoyé : Salon de Provence. Nous faisons escale sur la BA 701 afin d’effectuer un avitaillement. L’avion repartant dès le lendemain pour Castres, il se doit d’être prêt et rempli pour être à disposition des parachutistes du 8ème RPIMa qui veulent fêter leur Saint Patron par des sauts depuis le 105 !

Après avitaillement rapide et remise en route, c'est un décollage pour un vol de 10 minutes vers Marignane.

C’est avec le sentiment de satisfaction d’une mission rondement menée que l’équipage du week-end quitte les locaux de l’association, jusqu’au lendemain pour certains.

Un grand merci aux organisateurs ainsi qu’aux bénévoles de cette seconde édition du meeting « Ailes et Volcans ». A l’an prochain, nous l’espérons.

25-26 septembre 2019 – BA 115 Orange-Caritat


Parachutages de la Saint Michel au profit des Commandos Parachutistes de l’Air

 

Comme chaque année, durant les mois de Septembre et Octobre, notre avion est très demandé par les unités parachutistes, car le 29 Septembre c’est la Saint Michel, Prince des Anges et Saint patron des parachutistes depuis 1948 (*).

En cette fin septembre nous sommes conviés, une fois n’est pas coutume, à poser nos roues sur une base aérienne peuplée de « furieux », en l’occurrence la B.A. 115 « Capitaine de Seynes » d’Orange-Caritat. Cette Base Aérienne abrite l’escadron de chasse 2/5 « Île-de-France », doté de Mirage 2000C, et l'escadron 5/67 « Alpilles », équipé d'hélicoptères AS 555  Fennec.

   

Notre mission consistera à faire sauter les Commandos Parachutistes de l’air de la BAFSI (1) pour célébrer Saint Michel, et en particulier ceux des CPA (2) 20 et 30 à l’occasion du 20ème anniversaire de leur création.

Ces personnels hautement qualifiés sont engagés dans toutes les opérations extérieures, aussi bien au profit des forces aériennes que des troupes au sol. Il existe en France trois régiments de Commandos Parachutistes de l’Air, les CPA 10, 20 et 30, qui ont chacun une spécialisation et un domaine d’activité différents, bien que la base de la formation soit commune.

            

L'insigne des Commandos Parachutistes de l'Air  -  SICUT AQUILA ("Tel l'aigle") est leur devise.

 

Mercredi 25 Septembre 2019

Ce matin, le réveil sonne à 5h00, la journée s’annonce belle, même si à cette heure-ci de la pluie couvre une bonne partie des bouches du Rhône, mais nous restons confiants sur le beau temps à venir. Après un rendez-vous à la porte des salins à 6h15, un bon café et un bout de brioche, les mécaniciens s’emparent de notre grise sous la pluie. Vers 7h00 la pluie s’arrête et le soleil se lève tout doucement, laissant s’échapper les nuages bas résiduels de l’averse.
Le décollage s’effectue à 8h45 à destination de la base aérienne de Salon De Provence, pour un avitaillement.


Nous rejoignons la base aérienne d’Orange à 10h30 qui semble nous attendre, protégée par le majestueux Mont Ventoux et les jolies Dentelles de Montmirail. Une fois arrivés au parking, grâce à l’aide efficace des commandos qui nous attendent sur le tarmac, nous déchargeons prestement le lot de bord, et laissons libre le cargo pour le briefing avec l’équipe de largage des commandos parachutistes de l’air. Pour être plus précis, ce briefing répond officiellement au joli nom de « RAT » (on prononce le « T ») ce qui signifie Réunion Air-Terre. Au programme : briefing sécurité, procédures normales, et répétitions des procédures d’urgences pour le largage en Ouverture Automatique grâce à l’aide de notre chef largueur Daniel, que nous ne présentons plus.
A midi, nous sommes conviés pour un repas au Mess, notre conducteur Bastien nous y emmène très aimablement.

    

Après nous être « rassasiés » nous rejoignons l’avion pour un premier largage en automatique (Sauts à Ouverture Automatique, communément dénommés « OA ») sur la Zone de Sauts située sur l’aérodrome d’ Avignon Pujaut, à 15 minutes de vol en Noratlas. Une première « charrette » de 20 parachutistes s’élance sur les 2400m d’asphalte de la piste de Orange Caritat, plus habituée à voir décoller des Mirages 2000 propulsés par des M53 plutôt que notre Grise et ses Bristol Hercules. En plus de tout cela, viennent s’ajouter de fréquents départs en vol de plusieurs Fennec, ainsi que la visite de quelques Rafales, futurs occupants des lieux semble-t-il.

      

L’après-midi s’enchaîne avec 5 rotations de largages en OA au total et une météo plutôt clémente malgré un petit vent résiduel de 6 à 7 m/s au sol, dans les clous pour un parachutage en OA avec les EPC (Nouveau parachute équipant les unités parachutistes appelé Ensemble de Parachutage du Combattant : EPC).
Bilan de l’après midi : 108 parachutistes largués en OA !


Nous terminons la journée par un restaurant très sympa à notre hôtel, accompagné de Bastien, notre excellent conducteur et également responsable de notre logistique.
Il est temps d’aller « faire dormir les yeux » comme dirait notre Daniel national !


Jeudi 26 Septembre 2019

Aujourd’hui, nous sommes épaulés d’un Casa 235 et d’un Transall basés à Évreux pour cette belle fête de la Saint Michel au sein des Commandos Parachutistes de l’Air tous regroupés sur ORANGE. Notre Noratlas prend les airs à 8h45 pour un largage en Automatique, et se repose en attendant la suite des largages prévus en Ouverture Commandée Retardée (SOCR).
Un temps magnifique, sans vent, l’idéal pour les jeunes sautant du CPOCAA : Centre de Préparation Opérationnel du Combattant de l’Armée de l’Air.
Nous poursuivons la journée par 2 largages en SOCR à 3000m, avec l’équipe parachutistes de démonstration et de compétition de l’Armée de l’Air, qui connait très bien notre avion depuis de nombreuses années pour le fréquenter dans de nombreux meetings.
Bilan de la matinée : 27 SOA et 44 SOCR en 3 rotations 

      

Au total se seront 8 rotations effectuées pour 135 sauts en OA et 44 en SOCR et 6 heures 25 de vol pour la totalité de la mission.
La matinée se termine par un repas au Mess. Puis, après le café, notre avion « lève les godasses » (3) et nous quittons le Vaucluse en exécutant un joli passage basse hauteur pour saluer nos amis de la base aérienne d’Orange-Caritat et les remercier de ces 2 jours passés avec eux.

   

Le temps d’un dernier avitaillement sur la base de Salon (BA 701), et nous rejoignons notre fief de Marignane dans l’après-midi. Les mécaniciens finissent de préparer l’avion pour le lendemain, pendant que l’équipe opérations et les pilotes bouclent les derniers éléments opérationnels pour la semaine qui va suivre. En effet, dès demain matin, nous enchainons pour une mission de 7 jours dans les cieux pyrénéens.
Encore une mission rondement bien menée par notre 105 et ses équipages.


Un grand merci à Bastien, à la BAFSI, aux CPA 20 et 30 et au personnel de la BA 115 pour leur accueil et ces deux belles journées aéronautiques.

A l’année prochaine !

 

---o-O-o---

 

 

(1) : BAFSI Brigade Air des Forces Spéciales et d’Intervention
Cette Brigade aérienne est composée d’un État-Major et regroupe les CPA
(2) : CPA Commando Parachutistes de l’Air
(3) : « Lever les godasses » Expression argotique employée dans l’aéronautique pour décoller et rentrer le train d’atterrissage

(*) Lire : Comment Saint-Michel est devenu le Saint-patron des parachutistes :

https://www.traditions-monastiques.com/fr/blog/saint-michel-patron-des-parachutistes-casta-archange-n56

 

 

Missions spéciales de promotion et de représentation.

 

 

 Tout au long de l'année notre avion et ses équipages assurent les missions les plus variées : meeting, parachutages et commémorations      civiles ou militaires. Mais ce n'est pas tout … nous intervenons dans le domaine de la sécurité par des séances d'initiation au secourisme ou même au maniement des extincteurs. Sans oublier les opérations de communication. C'est l'objet du site internet que vous consultez actuellement et nous participons également à des manifestations locales pour assurer la promotion ou la représentation de Noratlas de Provence, notre association.

 

C'est ainsi que cette année 2019 nous avons participé :

 

  • Le 31 août au forum des associations à Marignane.
  • Le 15 septembre à ASSOGORA, cours Mirabeau à Aix-en-Provence
  • Le 24 septembre à Saint-Victoret pour le parrainage de l'escadron d'hélicoptères Alpilles de la Base Aérienne d'Orange.

 

------------------

 

Forum des associations 31/08/2019 – Marignane.

 

------------------

 

L'esplanade Laurens Deleuil, en face de la mairie, accueillait ce Forum des associations subventionnées par la municipalité de Marignane.

Nous étions plus d'une centaine de clubs et la mairie avait bien fait les choses : une table, des chaises, un panneau d'affichage et même des prises de courant nous étaient confiées.

Sylvain, Franck et Roland ont installé notre petit matériel de représentation à l'image de celui des meetings mais réduit car les ventes ne sont pas autorisées.

Après cela nous sommes entrés dans le "château", le surnom de l'hôtel de ville. Un café, croissants, viennoiseries et jus de fruits … nous a donné du cœur à l'ouvrage pour affronter la chaleur ambiante. Fort heureusement le panneau d'affichage, très haut et bien placé nous a apporté son ombre bienfaisante.

          

Ce fut alors le défilé des passants qui en ont profité pour faire un détour depuis le marché tout proche. Bien sur beaucoup ont évoqué notre bel oiseau et son bruit caractéristique et nous en avons profité pour rappeler notre site internet afin qu'ils puissent suivre nos missions. Nous avons eu également des contacts intéressants avec des partenaires éventuels.

Après un bon repas dans une brasserie voisine nous avons regagné notre stand où Sylvain et Franck sont restés une partie de l'après-midi … Roland a lâchement abandonné ses petits camarades sous prétexte qu'il faisait trop chaud. Tout le monde a plié bagage vers 16h après une journée bien remplie.

 

--------------------

 

ASSOGORA le 15 septembre AIX-EN-PROVENCE

 

------------------

 

De bon matin, Sylvain et Roland arrivent Cours Mirabeau à Aix-en-Provence pour installer le stand. Nous débarquons le matériel à proximité de notre emplacement et Sylvain va garer sa voiture. A son retour nous nous installons.

La mairie d'Aix n'est pas aussi généreuse que celle de Marignane et nous avons dû ajouter une table, des chaises et un flyer pour compléter notre équipement. Nous recevons la visite du petit fils de Sylvain qui lui donne un coup de main pendant que Roland va réserver pour le repas de midi.

Toute la journée nous verrons beaucoup de passage, des questions mais aussi des souvenirs évoqués et toujours le bruit de notre Noratlas en toile de fond. Là encore nous avons échangé des souvenirs et envisagé de nouveaux contacts qui se révèleront enrichissants peut-être.

            

Dans l'après-midi, Michel notre président est venu nous apporter son soutien moral et surtout la chaleur de sa présence. Nous avons vu beaucoup de monde et nous n'étions pas trop de trois pour éponger ces instants de convivialité.

 

Le soleil descend et nous plions bagages comme la plupart de nos voisins. Sylvain va chercher sa voiture pendant que nous l'attendons près du matériel. L'attente fut un peu longue car la circulation était plutôt confuse mais finalement nous avons regagné nos pénates et nos familles …

 

------------------

 

 

Parrainage de l'escadron Alpilles 24 septembre à Saint-Victoret

 

 

------------------

 

9h30 La Lauvette à Saint-Victoret. C'est le rendez-vous auquel nous a convié M. Claude PICIRRILO, maire de la commune, pour le parrainage avec l'escadron d'hélicoptères 5/67 Alpilles de la BA 115 d'Orange. Xavier et Roland ont représenté notre association, en tenue de vol, comme il se doit.

Il y avait beaucoup de monde pour cette manifestation : anciens combattants, une association équipée de matériels et d'uniformes américains de la dernière guerre, pompiers, policiers, gendarmes, militaires, les deux gars du Noratlas, des personnalités en écharpe tricolores et toute une foule de badauds…

Tous attendaient l'atterrissage de deux hélicoptères, des Fennecs venant de la Base d'Orange.

Avec un peu de retard ils se sont posés dans le fracas des moteurs et dans le vent des rotors en plein milieu de la place. Ce n'était pas très large mais c'est leur métier !!!

         

Les équipages, encadrés par des drapeaux des anciens combattants sont allés au-devant du maire accompagné des autorités civiles et militaires présentes. Un échange verbal a salué les arrivants et a présenté l'objet de ce parrainage et de ses futures retombées pour la commune et pour l'escadron.

Les personnalités invitées ont alors formé un cortège jusqu'à l'église voisine où le prêtre au cours d'une cérémonie religieuse a béni les participants et à travers eux tout l'escadron.

Ce furent ensuite un dépôt de gerbes au Monument aux morts puis un défilé du Monument aux morts à l'esplanade des deux musées et enfin la cérémonie de signature des chartes de parrainages.

 

 

 

Avertissement !

Une fois encore dans un article relatif au Noratlas de Provence, une publication aéronautique écrit que les parachutages faits par notre 105 auraient pour but de palier le manque d'aéronefs largueurs militaires.

Nous rappelons :

  • Que nous sommes une association Loi 1901 composée de bénévoles, dont l'objet est de maintenir en état de vol le NORD 2501 N° 105 immatriculé F-AZVM, dernier avion de ce type volant au monde. De cet appareil, dont la carrière militaire prit fin en 1986, furent largués des milliers de jeunes gens, et il reste un appareil mythique dans le monde du parachutisme.
  • Que les prestations faites au profit des structures militaires des 3 Armées ne sont réalisées que pour des parachutages ponctuels exécutés lors de manifestations non opérationnelles, pour des commémorations, des anniversaires, des "Journées Portes ouvertes", des journées des familles, des baptêmes de promotion, des fêtes d'unité ou pour des passations de commandement.
  • Que le statut administratif de notre avion, titulaire d'un CERTIFICAT DE NAVIGABILITE RESTREINT D'AERONEF DE COLLECTION (CNRAC) ne nous permet pas d'embarquer des passagers autres que les membres d'équipage nécessaires à la conduite et à la mise en oeuvre de l'avion. Nous regrettons donc de ne pas pouvoir répondre aux nombreuses demandes d'embarquement sur le 105, à titre gracieux ou payant

Nous RECHERCHONS !

  • Chambres à air :
    Nous recherchons des chambres à air pour notre roue de Train Auxilliaire (Avant) réf. DUNLOP AERO n° 14 - 950x335 (modèle identique aux roues de TP de Dassault 311 et 312 "Flamant"). Contact mail ou 06 15 44 83 40
  • Ampoules phare de roulage :
    Voir en détails ICI
  • Toiles sièges parachutistes :
    Voir en détails ICI

    Dans la boutique

    Jean-Claude Noguellou
    Jean-Claude Noguellou
    F-AZVM
    F-AZVM
    Tee-Shirt
    Sac Noratlas
    Sac Noratlas
    Casquette Kaki
    Casquette Kaki
    Flammes
    Flammes
    Porte clés
    DVD
    DVD
    60ème Anniversaire
    Pins
    Pins
    Gaule
    Gaule
    Ecusson
    Perennius
    Perennius
    Ecusson
    Casquette Bleu
    Casquette Bleu

    C/o AIRBUS HELICOPTER Aéroport Marseille-Provence F13725 Marignane cdx

    © Copyright Le Noratlas de Provence - Tous droits réservés - Création site internet Avignon