La majeure partie des missions au profit des structures de la Défense Nationale se déroule généralement en septembre et début octobre pour la fête de la Saint-Michel l'archange saint patron des parachutistes. Les autres missions sont soit lors des passations de commandement soit des journées portes ouvertes (1), en général avant l'été pendant les mois de mai et de juin.

Ainsi le 1er RCP fit appel au Noratlas de Provence pour effectuer des parachutages pendant ses JPO.

 

Le 1er RCP, premier régiment parachutiste français, fut créé en 1943 à FEZ au Maroc. Il est l'héritier du 601e Groupement d'Infanterie de l'Air (GIA) créé en 1937. Les 601ème et 602ème GIA furent les premières unités parachutistes à l'origine des troupes aéroportées françaises. Leur constitution et leur commandement furent confiés à cette époque à l'Armée de l'Air regroupant les volontaires issus des 3 Armées, Terre, Mer et Air. Appartenant depuis 1943 à l'Armée de Terre, c'est pour cette raison qu'il est le seul régiment de l'Armée de Terre à arborer les "charognards" de l'Armée de l'Air sur les épaulettes des Rapaces (2).

 

              

 

Le 1er RCP tient garnison à PAMIERS en Ariège. L'aérodrome de Pamiers les Pujols est proche du régiment cependant, la longueur de sa piste étant inférieure à 1500 m, le 105 ne pouvait y décoller. Cette distance de 1500 m étant le minimum pour un décollage en sécurité quelque soit la masse au décollage de notre Noratlas. C'est donc à l'aéroport de Toulouse Francazal que le 105 se pose en milieu de matinée le samedi 26 mai dernier. L'équipage y retrouvait Jérôme et Nicolas, deux des personnels responsables de la sécurité incendie, devenus des amis après les nombreuses missions effectuées sur cet aéroport. Un groupe de combat du 1er RCP était également là pour accueillir le Noratlas et s'occuper de toute la logistique habituelle.

 

Le programme prévoyait un parachutage chaque jour à 15H30 précises sur 2 zones de sauts différentes, suivi d'une démonstration en vol de la Grise. Hélas, le samedi le vent déjà présent le matin à l'arrivée, se renforçait en milieu d'après midi interdisant le parachutage.

C'est donc uniquement avec les 3 membres de l'équipage de conduite, que le 105 décollait pour effectuer sa démonstration en vol sur l'axe de présentation bordant au Nord le quartier Beaumont où est installé le 1er RCP.

 

               

   

En fin d'après-midi, après la démonstration en vol, l'ensemble de l'équipage fut récupéré pour être conduit à Pamiers ou chacun voulait féliciter les pilotes pour une démonstration qui avait été aussi applaudie que celle de la PAF présente également sur ces JPO.

 

Bières et moules frites ponctuèrent la soirée qu'un magnifique feu d'artifice clôtura. Hormis un pilote qui bénéficia d'une chambre individuelle, les autres membres de l'équipage furent hébergés en chambre troupe. Cet hébergement, source de fous rires et plaisanteries diverses, généra beaucoup de souvenirs pour ceux qui avait connu ces chambrées en début de carrière.

 

                       

 

Après un petit déjeuner copieux offert par le bureau TAP le dimanche matin, nous rejoignions Francazal pour préparer le parachutage de l'après-midi. Un repas vite expédié au mess du 1er RTP (3), les 25 parachutistes embarqués, le Noratlas "levait les godasses" à 13h15. S'ensuivit un parachutage sur le régiment de cinq parachutistes en solo et dans un second passage de 9 chuteurs opérationnels et d'un biplace (4). Tous se posèrent au centre de l'infrastructure du régiment devant le NORATLAS N° 196 mis en "pot de fleur" pour faire se souvenir à tous que cet avion avait servi vaillamment pendant de nombreuses années les parachutistes. Le reste des chuteurs fut parachuté sur la zone de saut proche du régiment, zone dénommée de la "Tour du Crieu". Le dernier para posé, le 105 fit un passage basse hauteur sur la zone avant de commencer sa démonstration en vol sur l'axe de présentation au Nord du quartier.

 

                 

 

Au retour sur Francazal, les mécaniciens effectuèrent un avitaillement pendant que le reste de l'équipage arrimait le lot de soute et les bagages que nos amis Jérôme et Nicolas avaient transbordés du parking militaire au parking civil proche de la station essence.

À 16h20 nous quittions LFBF (5) pour notre base de Marignane atteint 1h40 plus tard ou le pot de fin de mission arrosa une mission à nouveau réussie et sans problème mécanique comme toutes celles de l'an dernier.

 

Nos remerciements, pour leur chaleureux accueil, iront au chef de corps, aux cadres et parachutistes de ce glorieux régiment ainsi qu'aux personnels de l'aérodrome de Toulouse Francazal que nous retrouverons en septembre pour le Meeting des Étoiles et des Ailes.

 

 

(1) JPO : Journée Portes Ouvertes. Journées généralement groupées sur un week-end pendant lesquelles le régiment se présente aux familles, aux locaux et où il invite les anciens du régiment. C'est l'occasion de présentations statiques et dynamiques des missions, des savoir faire et des matériels du régiment.

 

(2) RAPACES : nom donné aux parachutistes servant au 1er RCP.

 

(3) 1er RTP : 1er Régiment du Train Parachutiste. Héritier des Compagnies et Groupes de livraison par Air puis de la Base Opérationnelle Mobile Aéro Portée (BOMAP), ce régiment unique dans l'Armée de Terre a pour mission la livraison par air par parachutage, largage et aérotransport de tous les personnels, armements et matériels nécessaires aux opérations. Ses installations se situent en bordure de l'aéroport de Toulouse Francazal.

 

(4) Biplace : Appelé Tandem dans le parachutisme sportif, ce terme désigne dans les Armées et chez les parachutistes professionnels le couple sautant avec un même ensemble de parachute.

Le pilote du parachute biplace est équipé du parachute capable de transporter 2 personnes. Sa fonction est le contrôle de la sortie de l'aéronef, la maîtrise de la phase en chute libre, la mise en œuvre du parachute, le pilotage de la voile pour la précision du point de poser et l'atterrissage.

Le passager n'est équipé que d'un harnais relié par 4 points d'ancrage au harnais du pilote.

 

(5) LFBF : Groupe de 4 lettres caractérisant l'aérodrome de Toulouse Francazal. Indicateur d'emplacement codé d'un aérodrome imposé par l'0rganisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI).

 

 


© Copyright Le Noratlas de Provence - Tous droits réservés - Création site internet Avignon