La mission à venir dure deux jours et va nous conduire à l’aéroport de Perpignan-Rivesaltes Méditerranée (LFMP) afin d’effectuer quelques sauts en OA et OR pour commémorer la Saint Michel des parachutistes de l’État-major Parisien. La première journée est consacrée à la mise en place ainsi qu’à l'avitaillement de notre avion en 100 LL programmé sur l’aéroport de BÉZIERS, tandis que la seconde journée est dédiée aux sauts ainsi qu’au retour sur la plateforme de LFML.

Toute l’équipe prend à cœur cette mission pour deux raisons. Tout d’abord, approchant du mois de novembre ainsi que de l’hiver, il est fort à parier que cette mission sera l’une des dernières de la saison et c’est la première fois que le 105 fera sauter les Paras Parisiens ! À nous de faire en sorte que tout se déroule au mieux.

Ensuite, Christian, l’un des pilotes de notre l’association depuis 2011 sur la Grise, a décidé en raison de son âge et de ses disponibilités que ce serait sa dernière mission au manche du 105. Raison de plus pour nous tous, de mener à bien la mission afin que le souvenir de ce dernier pilotage du Noratlas 105, soit l’un des meilleurs !

Cette mission va s’avérer être intense mais également forte en émotion, vous comprendrez pourquoi dans les lignes à venir !

Lundi 28 octobre :

Une fois n’est pas coutume, pas de réveil aux aurores pour l’équipage du jour. Un rendez-vous à 10h à la porte des Salins pour les mécaniciens ainsi que pour l’équipe des largueurs. Les pilotes nous rejoignent pour le déjeuner, aux alentours de 12h.

Les mécaniciens s’affairent comme à leur habitude, pour préparer l’avion. Ceci passe par un jaugeage carburant méticuleux, tour extérieur de l’avion, tour intérieur, inspection cargo, contrôle des niveaux, et j’en passe... De quoi bien occuper toute l’équipe.

En parallèle, certains des autres membres de l’équipe restent accrochés au téléphone depuis quelques minutes, on peut sentir qu’un grain de sable vient quelque peu d’entraver les rouages de l’organisation de la mission. La raison ? Le plein que nous devions effectuer à Béziers. Celui-ci devait se faire initialement à Salon de Provence, or la base est en travaux. Puis Béziers nous informe que leur pompe est hors service. Où se rendre ? Toulouse ? Malheureusement pour nous, plus de 100LL disponible sur LFBF. Après plusieurs appels tous horizons pour trouver un avitaillement, Béziers nous prévient qu’ils peuvent nous accueillir tout de même, grâce à la persévérance de leurs équipes.

Nous tenons les horaires, 13h30 fermeture des portes, mise en route, non sans mal du GMP2, dans la foulée. Roulage, point fixe et nous voilà une fois de plus, aligné sur la piste 31 gauche de Marignane. Il est pile 14h00, quelle précision ! Mise en puissance des 2 x 2068 chevaux de nos Bristol Hercules, rotation, montée 1500ft et direction la côte !

La visibilité et le plafond de ne sont pas fabuleux, mais bien au-delà des minimas. Survol de la côte bleue, golfe de Fos, la Camargue, Sainte Marie de la Mer, passage de Montpellier puis passage à l’ouest de Sète afin de se poser 40 minutes après notre décollage, à Béziers (LFMU).

 

               

 

Sur place, nous sommes attendus ! Pendant que certains font le plein, d’autres font de la communication en faisant visiter l’avion. Une heure et demie plus tard et après avoir prélevé plus de 2600 l, nous remettons en route à 16H00, reverse pour s’écarter de la pompe, roulage pour la 09 et décollage. Nous effectuons un petit passage sur l’aéroport afin de saluer et remercier toutes les personnes nous ayant accueilli, puis cap sur Perpignan en suivant la côte.

Après 30 minutes de vol à 500 ft sol afin de contempler le trait de côte, la grise se pose à Perpignan sur les 2500 m de la piste 33. Certains curieux sont déjà présents le long des grilles de l’aéroport.

L’équipe de l’aéroport ainsi que les largueurs parachutistes du lendemain, nous attendent à notre place de parking.

Puis, les habitudes reprennent, coupure moteurs, déchargement, remise en configuration du cargo pour parachutage. La journée du lendemain étant plutôt chargée, l’équipe para de l’association effectue le briefing aux largueurs aujourd’hui, afin de gagner du temps pour le lendemain.

Une fois toutes ces actions effectuées, nous profitons d’un petit répit pour fêter le dernier vol de notre pilote, ainsi que notre venue sur Perpignan, avec les largueurs autour d’un verre de l’amitié, agrémenté de la traditionnelle remise de présents à Christian et du Titre de Membre d’Honneur à notre Chef Largueur de Perpignan Jean-Bernard..

 

               

 

A 18H30, nous prenons direction Rivesaltes afin de rejoindre notre lieu de repos pour la nuit : « L’hôtel des Vignes ». Puis, après une bonne douche méritée par tout l’équipage, nous nous rendons au restaurant « Léon de Bruxelles » pour le dîner. Après restauration et établissement des horaires pour le lendemain, nous rentrons pour nous reposer, vers 23h.

Mardi 29 octobre :

Ayant échappé aux aurores la veille, ce ne sera pas le cas pour aujourd’hui. La journée sera chargée, réveil aux alentours de 06H30 pour l’équipage afin de prendre le petit déjeuner à l’hôtel, et de prendre la route à 07H30 direction l’aéroport.

 

 

 

A 8h00, nous prenons possession de l’avion. Les rituels sont présents, chacun sait ce qu’il a à faire. Les pilotes préparent le vol du jour, vérifient la météo, la piste en service et toutes informations nécessaires aux parachutages à venir. Les largueurs de l’association briefent les parachutistes déjà présents sur zone. Les mécaniciens préparent l’avion en vérifiant que rien ne soit arrivé pendant la nuit.

A 08H40, tout le monde est présent à l’arrière de l’avion pour célébrer la Saint Michel. Cette cérémonie en hommage à l’Archange Saint Michel, Saint Patron des Parachutistes, est faite sous forme d’office catholique par l’aumônier des paras et légionnaires parisiens appelé traditionnellement dans les Armées le PADRE.

Mise en route, embarquement, roulage, point fixe puis décollage ! Direction la zone de saut de Saint Laurent de la Salanque.

 

 

Premier passage pour largage TID. Second passage pour un largage de 4 parachutistes. Tout le monde sur zone, nous pouvons donc poursuivre pour un dernier passage afin de larguer le restant de la soute.

La seconde rotation de la matinée suivra le schéma de la première, sans passage TID. La troisième rotation quant à elle, s’effectue à plus de 3000 m, afin de larguer des parachutistes en OR.

Les 3 rotations du matin se feront en un peu plus de 2 heures avec retour entre chaque afin de récupérer nos chuteurs du jour, sur l’aérodrome de Perpignan.

Aux alentours de midi, nous coupons nos deux moteurs afin d’aller nous restaurer. Nous nous rendons dans le très bon restaurant « Le moulin à soufre » afin de nous y restaurer. Le temps pour nous de souffler, de prendre des forces et d'anticiper le retour de l’après-midi.

 

 

Le changement d’heure ayant pris effet le week-end précédent notre mission, la nuit aéronautique a été considérablement réduite. Notre pilote du jour décide qu’il nous faudra quitter le sol de Perpignan à 16h50 au plus tard. Cet horaire laisse présager d’une après-midi à flux tendu !

A 14H00, nous quittons le restaurant pour rejoindre l’avion, où, une fois de plus, les parachutistes nous attendent, impatients de pouvoir embarquer de nouveau et quitter notre avion en vol ! Ce qui, comme à l’accoutumé, laisse certains de nos membres perplexes, pourquoi quitter en vol un avion qui fonctionne correctement ? Tel est le secret de nos échanges toujours aussi complémentaires entre membre de l’association et parachutistes.

Le format de l’après-midi sera le même que le matin, 2 OA et 1 OR. Les 3 rotations se déroulent de manière fabuleuse !

A 16h10, nous posons de nouveau et coupons les moteurs. S’en suit un branlebas de combat ! Tous les membres de l’association présents sur cette mission ainsi que quelques parachutistes, s’activent de manière efficace, pour recharger l’avion. Le mécanicien navigant désigné pour le retour, anticipe la fin du chargement afin de s’éclipser pour effectuer son tour avion avec un pilote.

 

 

A 16H30, tout est prêt ! Nous remettons en route et allons-nous aligner en piste 33.

Décollage puis suivi du trait de côte comme pour le vol aller. Nous ne manquons pas de remercier les contrôleurs avant de quitter la zone. Nous atterrirons une heure plus tard, avec le soleil couchant comme lumière pour atterrir en piste 31 gauche de Marignane.

 

               

   

Cette seconde journée de mission fut très intense, mais nous avons relevé le défi haut la main. Avec plus de 5 heures de vol, retour compris depuis le début de la matinée, l’avion, les pilotes, mécaniciens, largueurs et parachutistes ont su travailler ensemble afin de passer une agréable journée.

Enfin pour finir, l’association remercie l’ensemble des équipes de Béziers-Vias et Perpignan pour leur accueil, leur gentillesse à notre égard et de nous avoir facilité cette mission.

Un grand merci également aux parachutistes qui font confiance à notre association.

Pour terminer, un grand merci à Christian, notre pilote réalisant son dernier vol, que toute l’association remercie grandement pour avoir su, pendant toutes ces années, mettre en avant le Noratlas n°105 partout où ses ailes pouvaient l’emmener. Un grand merci !

 

 

Avertissement !

Une fois encore dans un article relatif au Noratlas de Provence, une publication aéronautique écrit que les parachutages faits par notre 105 auraient pour but de palier le manque d'aéronefs largueurs militaires.

Nous rappelons :

  • Que nous sommes une association Loi 1901 composée de bénévoles, dont l'objet est de maintenir en état de vol le NORD 2501 N° 105 immatriculé F-AZVM, dernier avion de ce type volant au monde. De cet appareil, dont la carrière militaire prit fin en 1986, furent largués des milliers de jeunes gens, et il reste un appareil mythique dans le monde du parachutisme.
  • Que les prestations faites au profit des structures militaires des 3 Armées ne sont réalisées que pour des parachutages ponctuels exécutés lors de manifestations non opérationnelles, pour des commémorations, des anniversaires, des "Journées Portes ouvertes", des journées des familles, des baptêmes de promotion, des fêtes d'unité ou pour des passations de commandement.
  • Que le statut administratif de notre avion, titulaire d'un CERTIFICAT DE NAVIGABILITE RESTREINT D'AERONEF DE COLLECTION (CNRAC) ne nous permet pas d'embarquer des passagers autres que les membres d'équipage nécessaires à la conduite et à la mise en oeuvre de l'avion. Nous regrettons donc de ne pas pouvoir répondre aux nombreuses demandes d'embarquement sur le 105, à titre gracieux ou payant

Nous RECHERCHONS !

  • Chambres à air :
    Nous recherchons des chambres à air pour notre roue de Train Auxilliaire (Avant) réf. DUNLOP AERO n° 14 - 950x335 (modèle identique aux roues de TP de Dassault 311 et 312 "Flamant"). Contact mail ou 06 15 44 83 40
  • Ampoules phare de roulage :
    Voir en détails ICI
  • Toiles sièges parachutistes :
    Voir en détails ICI

    Dans la boutique

    Casquette Kaki
    Casquette Kaki
    Flammes
    Flammes
    Porte clés
    DVD
    DVD
    60ème Anniversaire
    Sac Noratlas
    Sac Noratlas
    Pins
    Pins
    Gaule
    Gaule
    Ecusson
    F-AZVM
    F-AZVM
    Tee-Shirt
    Casquette Bleu
    Casquette Bleu
    Jean-Claude Noguellou
    Jean-Claude Noguellou
    Perennius
    Perennius
    Ecusson

    C/o AIRBUS HELICOPTER Aéroport Marseille-Provence F13725 Marignane cdx

    © Copyright Le Noratlas de Provence - Tous droits réservés - Création site internet Avignon