« GOOD BYE TRANSALL »

 

Il fallait bien que cela arrive… l’heure est venue pour le C-160 TRANSALL de faire valoir ses droits à la retraite.
Dans les armées de l’Air Françaises et Allemandes, ce valeureux serviteur a progressivement laissé la place à de jeunes et fringantes machines. Cette transition qui a pris plusieurs années s’est accompagnée d’une réorganisation logistique, entrainant la fermeture de certaines bases aériennes dans les deux pays (HOHN dans le Schleswig-Holtsein et PENZING en Bavière pour l’Allemagne).
Pour le LUFTTRANSPORTGESCHWADER 63 (LTG63), la date fatidique est fixée au 31 décembre 2021. Mais avant la cérémonie officielle de clôture, il fut décidé d’organiser une fête d’adieu plus « intime » regroupant les anciens et actuels personnels de l’Escadron, venus dire un dernier adieu aux 7 derniers Transall en activité pour quelques semaines encore.

 

 


L’adieu au LTG63 ne pouvait se concevoir sans la présence d’un Nord 2501 Noratlas, appareil qui accompagna le déménagement de l’Escadron depuis la base de Celle où il avait séjourné de 1961 à 1967.
C’est ainsi que, grâce au soutien logistique et financier du Cercle des Amis du LTG63, le dernier Noratlas volant fut convié à ces dernières retrouvailles.

 

 

 


Les liens qui unissent l’Association « Le Noratlas de Provence », le LTG63 et la ville de Hohn datent de 2003 avec la signature officielle d’un acte de jumelage. Depuis, les liens qui nous ont unis n’ont fait que se développer et s’approfondir. C’est pour cette raison que la délégation Marignanaise s’avéra particulièrement fournie : 22 personnes au total. La capacité de transport autorisée au 105 par l’assureur étant limitée à 8 personnes, le reste de la délégation put goûter au confort de la ligne régulière, hormis Daniel et Cécile venus par la route : près de 3000 km aller-retour, une belle preuve d’amitié. Conséquence heureuse de cette organisation, les épouses et amies ont pu faire partie de notre groupe, habituellement exclusivement masculin.
Malgré la crainte, tout le monde fut déclaré indemne de Covid19 et en conformité avec les exigences administratives.
Pour nous, ce déplacement avait également un motif bien plus chaleureux : fêter le départ à la retraite de notre ami Ludwig, mécanicien navigant sur Transall et pilier (francophone) des relations entre notre association, le LTG63, et les associations locales.

MERCREDI 22 SEPTEMBRE : ALLER VERS HOHN


Lever très matinal pour tout le monde, mais emploi du temps sensiblement différent :
- Pour le 105, décollage prévu à 8h00 loc., car la journée allait s’avérer chargée :
. Une première escale sur l’aéroport de Nimes-Garons (LFTW) pour compléter les réservoirs de carburant.
. Une seconde escale amicale sur l’aéroport de Dôle-Tavaux (LFGJ) afin de rencontrer des passionnés de longue date du Noratlas.
. Arrivée à Hohn impérative avant 17h00, heure de fermeture du contrôle de la base. Horaire respecté par notre Victor-Mike avec 3 minutes d’avance !

Pour ce voyage d’une durée totale de 9h00 (4h30 hors escales), nous avons eu l’honneur de faire voler pour la première fois entre Marignane et Hohn M.Bernd Müller qui fut en 2003 à l’origine de la signature du partenariat entre notre association et cette petite ville, dont il était Maire.

 

 

 

- Pour les personnes voyageant par Lufthansa, décollage prévu à 6h30 loc., avec escale à Munich (2h30) et arrivée à Hambourg à 12h50. En ajoutant 1h00 de voiture (sans péage ni limitation de vitesse !) entre Hambourg et Hohn, la délégation arriva sur place à 14h30. Soit une durée totale de 8h00. Paradoxalement, pour les gens pressés le transport par Noratlas s’impose entre la Provence et le Nord de l’Allemagne !

La fin de l’après-midi fut l’occasion pour nos amis Ludwig et Bernd de s’atteler aux complexes problèmes de logistique : répartition des français logeant en hôtel, de ceux logeant directement dans la base de vie de la Luftwaffe (la « Hugo Junkers Kaserne » située à 3 km de la base) transport de tout ce petit monde par mini-bus et voitures de location, etc… Dure journée pour nos hôtes !
Une fois tout le monde casé et débarbouillé, la soirée se passa agréablement dans le mess des officiers de la base. Un excellent repas et les retrouvailles avec nos amis du LTG nous permirent de finir cette longue journée de la manière la plus agréable.

 

 

JEUDI 23 SEPTEMBRE : L’ADIEU AU TRANSALL

Après une nuit réparatrice dans nos chambres respectives (agrémentées par le traditionnel cadeau de bienvenue concocté par notre amie Anja), nous nous retrouvons sur la base auprès du Noratlas qui doit effectuer un vol local à 10h00.
Hélas, les cieux ne sont pas avec nous : fini le soleil qui nous avait accueilli la veille, oublié tout CAVOK : une pluie incessante et surtout une visibilité insuffisante font abandonner toute velléité de vol, si réduit soit-il ! La Grise effectue malgré tout un roulage en bout de piste afin de rassasier les objectifs des nombreux spotters.
La matinée se passe donc à l’intérieur du 105, où nous recevons nos visiteurs au milieu des nombreux obstacles qui encombrent le cargo : deux énormes roues de rechange, caisses de pièces détachées, barre de tractage, outillage divers etc… Mais la bonne humeur est de mise, et redouble même avec l’arrivée du repas chaud servi à bord par Uwe, notre restaurateur attitré. Chacun salue et apprécie l’exploit culinaire.

 

            


A 14h00 nous nous dirigeons - sous la pluie - vers le hangar préparé pour la cérémonie d’adieu. Nous quittons provisoirement notre Noratlas, positionné derrière un Airbus A400M « Atlas » venu de sa base de Wunstorf. La proximité des deux appareils fait ressortir l’énorme différence d’échelle entre ces appareils que cinq décennies séparent. Deux chiffres seulement : masse maximale du N2501 Noratlas : 21,7 t., masse maximale de l’Airbus : 141 t. Des Panavia Tornado et Eurofighter Typhoon de la Luftwaffe sont eux aussi venus saluer leurs glorieux ainés.
En face du hangar où sont regroupés les invités et personnels de la base (1400 personnes en période de pleine activité), nous pouvons admirer avec émotion les 7 Transall C160D parfaitement alignés, prêts à nous faire profiter d’une dernière parade. L’un d’eux , le 50+40 est peint avec une décoration spéciale grise et orange fluo. Au cours de l’été, il a effectué une longue tournée d’adieu baptisée « Goodbye Tour » sur toutes les bases militaires d’Allemagne.

 

 


Avec une synchronisation parfaite, les 7 avions mettent leurs moteurs en route, roulent sur le taxiway et décollent l’un après l’autre. Splendide spectacle, magnifié par la spirale des gouttes la pluie autour des pales d’hélices.
Puis vient l’heure des discours officiels rappelant les grandes heures du LTG63 et l’importance prise par l’escadron dans la vie locale depuis plus de 50 ans. La langue allemande est pour nous une barrière à la compréhension des discours, mais ne nous empêche pas de partager une émotion bien palpable, un honneur pour nous.
Dès la fin des discours les Transall regroupés repassent sur la base en un ballet que la pluie battante nous empêche d’admirer pleinement. Puis ils atterrissent l’un après l’autre et viennent reprendre leur place en face de nous dans un mouvement parfaitement synchronisé qui a dû être longuement préparé. A l’arrêt des moteurs, le silence qui s’en suit pèse tristement sur Hohn Airbase ETNH : Tschüss Transall !

Après ces instants d’émotion, nous regagnons notre avion sous un soleil relatif, où nous accueillons de nombreux visiteurs parmi lesquels d’anciens membres d’équipages de « Nora ». Malheureusement pour les visiteurs, l’espace libre dans notre soute est réduit au maximum, car nos amis du LTG nous ont fait la surprise de nous faire don des dernières pièces de Noratlas découvertes dans un recoin de hangar. Parmi ces cadeaux, deux magnifiques roues équipées de leurs jantes et aux pneus quasiment neufs, qui seront montées sur l’avion dès notre retour à Marignane.
La journée s’achève tout de même dans la bonne humeur au cours d’une « Flight Party » organisée dans l’ancien hangar hélicoptères de la base, à deux km des hangars avions. Une navette nous y emmène et nous retrouvons l’ambiance festive que nous avons déjà connue lors de nos précédents séjours ; rien ne manque dans les stands répartis tout autour du hangar, bière-saucisse de base évidemment, mais aussi flammeküches et boissons variées. Un véritable orchestre de jazz anime la soirée. Notre groupe occupe toute une longue table et nous partageons le butin ramené des quatre coins du hangar : pas de mal à nous adapter à la cuisine locale !

VENDREDI 24 SEPTEMBRE : LE MUSEE DU TRANSALL


Matinée de détente : après un énorme petit déjeuner à l’allemande chez Uwe dans son auberge-hôtel « Doppeleiche » (Au chêne double), nous jouons les touristes dans ce beau village rural de Hohn. Nous goûtons une nature verte très éloignée de la garrigue provençale, et passons dire bonjour à une petite réserve de loutres, sympathiques et voraces. La visite du musée des traditions de Hohn, installé dans l’ancienne gare de chemin de fer, nous permet d’attendre l’évènement de l’après-midi : le pot de l’amitié célébrant les 20 ans de relations entre le LTG 63 et le Noratlas de Provence, et surtout le départ à la retraite de Ludwig.
Comme prévu, nous nous retrouvons à 14 heures dans le récent musée du Transall installé en lisière du village, et dont la pièce maîtresse est un imposant Transall, le n° 51+06. Une exposition permanente est installée dans des locaux attenants, ainsi que dans l’avion accessible par sa rampe arrière, le tout géré par le « Cercle des amis du LTG63 ». Bel exploit que le transfert d’un tel avion en une seule pièce par la route entre la base et le site du musée ! A noter que cette petite association a acheté l’avion à la Luftwaffe pour une somme conséquente.

 

                

 

Tous les amis de Ludwig, allemands et français mêlés, se retrouvent au pied de la rampe du Transall pour souhaiter la meilleure retraite possible à Ludwig, qui demeurera dans cette belle région et prendra une part active dans la bonne tenue de ce musée. Ce n’est pas la première venue à Hohn de notre délégation, et nous ne sommes pas en terre inconnue. Chacun y va de son petit discours (en veillant à ne pas être trop long), et nous remettons à Ludwig une maquette de Noratlas spécialement immatriculée à son nom. Rappelons que Ludwig est officiellement reconnu mécanicien navigant sur Noratlas.

 

              

 

Nous greffons à cette cérémonie une tradition propre à notre association, car nous avons le plaisir d’accueillir 4 nouveaux membres : Else, Gundula,Cécile et Bernd Sturm. Une nouvelle promotion qui améliorera le taux de mixité de notre Association ! Dans la bonne humeur, les nouveaux adhérents doivent se soumettre au cérémonial qui leur est réservé : cocktail « amélioré » et chant de bienvenue, après quoi ils reçoivent leur patch spécial brodé de fil d’argent.

 

                     


La convivialité n’a pas été oubliée, et nous nous retrouvons sous un abri spécialement installé, à déguster l’excellent cochon grillé sur place, arrosé de bières et vins divers. Ludwig n’a rien laissé au hasard, et la journée se termine dans la meilleure ambiance possible.

SAMEDI 25 SEPTEMBRE : LE RETOUR

C’est le jour du départ. Le décollage du Noratlas étant prévu pour 10h00 loc, l’équipage de l’avion sera tôt à pied d’œuvre, tandis que le reste de notre équipe le rejoindra un peu avant le décollage (il arrivera en réalité juste à temps pour voir décoller le 105). L’avion est bien chargé, mais décolle sans difficulté. L’équipage est un peu différent de celui de l’aller, notamment avec la présence de Bernd Sturm notre nouvel adhérent et pilote de Boeing 747 dans le civil, qui attend depuis trois ans son premier rendez-vous avec notre mythique avion « à pistons », et Axel le pilote qui a effectué une rejointe de notre équipe. Après un vol sans histoire et une nouvelle escale à Dôle-Tavaux pour refuelling, le 105 retrouve sa place sur le parking Foures de Marignane à 17h00.

 

 

 


De leur côté, après le décollage du Noratlas, les « touristes » devant rentrer par la ligne commerciale sont pris en charge par Bernd Muller et Else son épouse pour une visite du Hohner See (le lac de Hohn) et une promenade sur le bac chargé de faire traverser le canal, le Hohner Fähre. Belle promenade bucolique au milieu des oiseaux, avant le retour vers l’aéroport de Hambourg et ses oiseaux métalliques. L’horaire est respecté par la compagnie et après une dernière escale à Munich, l’atterrissage s’effectue à Marignane à 22h15.


EPILOGUE :


Cette mission particulière à bien des égards laissera un grand souvenir à tous ceux qui ont eu la chance d’y participer. Ils garderont en tête le souvenir d’un instant réellement historique, celui d’avoir vécu l’adieu d’un avion extraordinaire, le C160D Transall et la fermeture d’une grande base militaire.
Ils garderont aussi gravé au fond de leur cœur les preuves d’amitiés et le dévouement de leurs amis allemands, avant tout Bernd et Else Muller, Ludwig, Anja, Uwe, Hans et tous les autres que nous ne pouvons citer.
Rendez-vous est pris pour de prochaines retrouvailles provençales où nous essaierons de nous montrer à la hauteur de l’accueil dont nous avons bénéficié.

 

 

 

Avertissement !

Une fois encore dans un article relatif au Noratlas de Provence, une publication aéronautique écrit que les parachutages faits par notre 105 auraient pour but de palier le manque d'aéronefs largueurs militaires.

Nous rappelons :

  • Que nous sommes une association Loi 1901 composée de bénévoles, dont l'objet est de maintenir en état de vol le NORD 2501 N° 105 immatriculé F-AZVM, dernier avion de ce type volant au monde. De cet appareil, dont la carrière militaire prit fin en 1986, furent largués des milliers de jeunes gens, et il reste un appareil mythique dans le monde du parachutisme.
  • Que les prestations faites au profit des structures militaires des 3 Armées ne sont réalisées que pour des parachutages ponctuels exécutés lors de manifestations non opérationnelles, pour des commémorations, des anniversaires, des "Journées Portes ouvertes", des journées des familles, des baptêmes de promotion, des fêtes d'unité ou pour des passations de commandement.
  • Que le statut administratif de notre avion, titulaire d'un CERTIFICAT DE NAVIGABILITE RESTREINT D'AERONEF DE COLLECTION (CNRAC) ne nous permet pas d'embarquer des passagers autres que les membres d'équipage nécessaires à la conduite et à la mise en oeuvre de l'avion. Nous regrettons donc de ne pas pouvoir répondre aux nombreuses demandes d'embarquement sur le 105, à titre gracieux ou payant

Nous RECHERCHONS !

  • Chambres à air :
    Nous recherchons des chambres à air pour notre roue de Train Auxilliaire (Avant) réf. DUNLOP AERO n° 14 - 950x335 (modèle identique aux roues de TP de Dassault 311 et 312 "Flamant"). Contact mail ou 06 15 44 83 40
  • Ampoules phare de roulage :
    Voir en détails ICI
  • Toiles sièges parachutistes :
    Voir en détails ICI

    Dans la boutique

    Jean-Claude Noguellou
    Jean-Claude Noguellou
    Gaule
    Gaule
    Ecusson
    DVD
    DVD
    60ème Anniversaire
    Sac Noratlas
    Sac Noratlas
    Perennius
    Perennius
    Ecusson
    Pins
    Pins
    Casquette Kaki
    Casquette Kaki
    Casquette Bleu
    Casquette Bleu
    F-AZVM
    F-AZVM
    Tee-Shirt
    Flammes
    Flammes
    Porte clés

    C/o AIRBUS HELICOPTER Aéroport Marseille-Provence F13725 Marignane cdx

    © Copyright Le Noratlas de Provence - Tous droits réservés - Création site internet Avignon